Mémoire de combat : un combat populaire

Depuis Mars 1998, nous avons initié un travail de la mémoire de combat qui s’oppose au misérabilisme et la dénonciation stérile. Notre travail avec l’association LES ORANGES s’inscrit dans une démarche de construction socio-historique qui prend en compte l’héritage des combats du passé pour comprendre notre situation d’aujourd’hui. Mémoire de combat veut dire convergence des luttes de classes sociales et ou populaires avec les luttes contre les discriminations.

Dans cette perspective, nous nous opposons à certains y compris dans les municipalités de « gauche » qui sans gêne accaparent notre travail et tentent une vaine escroquerie politicienne de la mémoire.

Nous resterons déterminés malgré les tentatives de récupération médiocres qui sont la preuve que cette « gauche » fait partie d’un monde mort dont il ne ressuscitera rien de bon pour les citoyens.
En revanche, l’exemple du travail sur le savant et grand sociologue Abdelmalek SAYAD qu’a menée l’association LES ORANGES à Nanterre et ailleurs a eu des effets positifs sur le public en termes d’identification collective à la compréhension du monde social et de l’immigration populaire en particulier.

Ce travail là, reste un marqueur important pour l’intérêt général et pour la mémoire de combat.

M’hamed KAKI

06 12 63 63 69
www.lesoranges.com